Notre projet en 2020


# Saison 2020 # 
 »Récup’ et maraudes »

En 2020 nous voulons explorer la question des ralentissements et recyclages souhaitables voire urgents en écriture et ailleurs. Face à la surconsommation des mots et des choses, c’est l’éloge du « seconde main », des recyclages, des hasards… leur reconsidération. Nous interrogeons la notion de limite. Entre trop et trop peu, nous cherchons l’humaine mesure Qu’opposer au risque de la saturation, aux logorrhées, à l’exacerbation des sentiments ? Non point la raison raisonnante, ou restée confinées dans les pensées anciennes. Il nous faut cultiver l’inattendu, l’invention, l’humour des chansonniers, tous les pas de côté imaginables. Moquons les langues de bois, chassons les rhétoriques des oui-non, préférons-le « ou bien », le « peut-être bien que ».… Mais plus que tout découvrons-nous aujourd’hui qu’il nous faut réinventer nos vies, et plus encore ensemble réinventer LA vie ?


(Carnoux, mars 2020)

 

 

• N° 105 – Ça déborde

Trop dire ou pas assez ? Ce numéro invite à explorer le rapport de l’écriture à l’excès. Écrivons, trions, passons à la ligne, optons, faisons norme et résistons ! Demandons-nous : qu’est-ce je garde, qu’est-ce que je jette ? À moins que de déborder ne soit pour certains un art ?  Et nos ordinateurs, comment rangent-ils les traces de nos vie ? Et c’est encore l’importance de la césure, du raccourci, de la chute. Comment accrocher le lecteur, l’inviter à lire autrement lui aussi? 

Quelques pistes et possibles impulsions : Corbeille à papier – Apocalypse now – Trop-plein – Trop vide – Black Friday – Hyperbole – Éloge du peu – Résistances et régimes  – Logorrhées – Déluges, délires, débauches – Hybris – À volonté ? – Droit dans le mur – À charge et décharge – Boulimies – Fromage et dessert – Off limit – Suffocations – Trop est-ce vraiment  trop ? –

Soumission des textes : 30 juin 2020

 

 

 

• N° 106 – Cueillettes et Glanages

 » Moissonnons les blés sauvages, scrutons le sol, point trop n’amassons mais ramassons. À la recherche d’une poétique du reste, revisitons nos débarras. Faisons notre miel. Cultivons le manque et ses inventions, prenons des risques. Reconfigurons. Faisons feu de tout bois. À quoi l’écriture s’accroche-t-elle ? Quelques pépires oubliées, une soudaine découverte et tout démarre !

Quelques pistes et possibles impulsions : Objets trouvés –Surplus et surplis –  De l’or dans les poubelles – Mosaïques – Pépites et palimpsestes au bord du chemin – Au hasard des rencontres – Mont de piété – Butinages – Maraudage – – Pillage – Patchwork – Pêcheur de perles – Centon – Hors-piste – Émergences, résurgences – Relire « Le laboureur et ses enfants » ?

Soumission des textes : 30 août 2020

 

 

• N° 107 – Ça peut toujours servir

Obéissons à nos épluchures » nous conseille Gaston Chaissac. On ne laisse pas tomber, car rien ne se perd mais tout se transforme. On réinvestit, on s’expose aux regard des autres et on le sait ! Fait-on encore du neuf avec vieux ? C’est l’économie réinventée. 

Quelques pistes et possibles impulsions : Recyclages ou comment accommoder les restes ? – À feu doux – Mijotages en écriture.  Réécritures et compost – Obsolescences récusées – Compressions – Vélocyclages – S’étranger le regard – Redécouvrir les vieux pulls –  

Soumission des textes : 30 décembre 2020