N°69 – « Courbes & figures » (2007)


 

 

Il était une feuille
avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de cœur
Robert Desnos

 

Ellipses, hyperboles, paraboles, autant de mots polysémiques invitant à croiser le langage de la géométrie et celui de la rhétorique. Polyptotes, syllepses, antanaclases, conchoïdes, lemniscates, cissoïdes, autant de mots barbares pour voyager en terre étrangère, et changer de focale. Au ras des mots et de leurs ruses, au gré des courbes et de leurs charmes, nous voici partis au pays des figures, celles qui tournent les mots vers des directions imprévues, celles qui apprivoisent l’espace en le schématisant. Un point de vue se matérialise en mots qui donnent corps à la pensée, et rendent perceptibles ses fluctuations, ses hésitations, ses carrefours. Et quand l’observateur se déplace, le point de vue change, et le texte se dédouble, se ramifie, se recompose… Grossissements, non-dits, réticences amplifient ou contractent le texte et dans cette pulsation entre trop dire et trop cacher, litotes et hyperboles explorent la géométrie côté pile – un point c’est tout – et côté face – une infinité de possibles là où l’œil limité du bon Euclide ne voyait qu’une seule solution –.

Envisager son texte comme une figure, c’est s’attacher à mettre en lumière son principe organisateur, sa dynamique interne, ses élans, ses retours… C’est aussi travailler sur la difficile analogie entre l’espace limité de la page et l’espace infini du réel : cerner les frontières, repérer les symétries, confronter l’expansion et la concentration, le cadre et ce qui s’en échappe, le haut et le bas, l’envol et la chute… Ainsi les contraintes de l’écriture permettent-elles d’explorer les aléas de la vie, ses sinuosités et ses points de fuite. Rythmes du cœur, cycles de la végétation, cristaux, nervures, trajectoires stellaires, enclos et labyrinthes, routes et cadastres, autant de figures où se forme et se transforme notre rapport au monde, et qu’il s’agit de projeter sur la page sans trop les simplifier. A chacun de conjuguer esprit de géométrie et esprit de finesse, d’incorporer les formes du monde aux méandres de l’écriture ou de retrouver la simplicité fulgurante de la trajectoire rectiligne. Et toi, lecteur, à ton tour, entre dans le jeu, déplace les lignes, pour que dans le texte que tu reconfigures, se tende à nouveau la corde du chant…

Michèle Monte et Teresa Assude
11 novembre 2007

 

Sommaire

Michèle MONTE et Teresa ASSUDE Editorial 3

Réalités revisitées

Pascale HILHORST Fourbe, la vie dure… 5
Michel PERDRIAL Un jour comme un autre 6
Anne BURESI Como l’agua 8
Teresa ASSUDE Conchoïde de Nicomède 9
Annie CHRISTAU Carré de printemps 10
Geneviève BERTRAND Ronde la méditation 11
Agnès PETIT Cathédrale révélée 12
Cédric LERIBLE Autour du rond-point 13
Michèle MONTE Paraboles 14

En creux

Nicole DIGIER Géométrie variable 17
Anne-Marie SUIRE Au tour du cercle 18
Vulpin DESCHAMPS Poussière d’ange 19
Johan ALGOL Surfe sans fin 20
Michel NEUMAYER Quadrature 22
Jean-Jacques MAREDI Rhodonea Curves… 23
Aliette JOUBARD Aux quatre coins de la terre 24
Claude OLLIVE Je suis allergique… 25
Véronique JOYAUX C’est très lent… 26
Marie-Christiane RAYGOT Tenir, oui. 27

Cursives

Entretien avec Teresa ASSUDE
Chercheur en didactique des mathématiques écrire et éditer en sciences 29

En forme de recits

Paul FENOULT Fuite en avant 37
René COHEN Circonvolutions 38
Arlette ANAVE Détour Contour 40
Anne-Marie SOUFFLET Eau vive 42
Any SOUCHOT De la difficulté de dire… 44
Christiane RAMBAUD L’hyperbole du funambule… 45
Bernard MORENS Difforme, elle portait un… 46
Monique D’AMORE Intégrales 48
Jeannine ANZIANI Un point c’est tout 50

 

 

 

Écrire et éditer en sciences – Teresa Assude